jeremy-bishop-kkvpiveljmg-unsplash
La vie locale en manque de compétences

Dans un entretien accordé à Alternatives Économiques, Vivianne Tchernonog, auteure du Paysage associatif français, s'interroge sur l'évolution de la vie locale dans un contexte d'affaiblissement des associations professionnelles.

De 2011 à 2017, 200000 associations ont été créées en France, alors que le nombre des associations employeuses diminuait de plus de 3000. Le phénomène "affecte surtout les petits et moyens employeurs associatifs."

On se réjouit très souvent du dynamisme soutenu de la vie associative. Le rythme des 70000 créations annuelles en moyenne ne semble pas vouloir fléchir alors que le pays traverse une période inédite de difficultés sociales. La croissance du bénévolat en est peut-être le revers positif, mais la bonne volonté a aussi ses limites.

Le paysage associatif français est probablement entré en mutation au cours de la dernière décennie. Les disparités territoriales se creusent, en particulier entre la ville et la campagne. "Le travail salarié est très concentré dans les métropoles et dans les zones urbaines riches, beaucoup plus rare dans le grand périurbain et dans les zones rurales." Par ailleurs, la baisse des subventions dédiées au secteur non lucratif et la difficulté de concourir à la commande publique ont sans doute fragilisé les associations employeuses.

Ainsi, pour maintenir leurs activités, ces associations ont dû accroître la contribution demandée à leurs usagers. Mais il n'est pas garanti que le changement de modèle économique soit une réussite totale. Dans les quartiers, cela a pu peut-être se traduire par l'exclusion des publics les plus fragiles.

À présent que les données globales sur les associations sont disponibles, Vivianne Tchernonog encourage à un approfondissement local des problématiques. Il faudrait "travailler davantage à la connaissance de la situation des différents territoires en matière associative." La diminution des petites et moyennes associations professionnelles devrait bien plus nous préoccuper. "La raréfaction et la transformation des ressources impactent les associations et les logiques associatives en touchant aux fondamentaux du secteur – cohésion sociale, accès des publics en difficulté, innovation." D'autant que la recherche de ressources humaines bénévoles disponibles pour encadrer les activités arrive au premier rang des préoccupations des dirigeants associatifs1. Ce qui constitue un paradoxe alors qu'en même temps, le bénévolat ne cesse de croître.

Les réalités locales méritent donc une plus grande attention de notre part, à la fois pour en connaître les limites mais aussi les potentialités. Car on pourrait facilement se contenter de l'image parfaite d'associations bien alignées les unes à côté des autres, comme de belles rangées de boîtes aux lettres, établissant entre-elles de bons liens de voisinage. Mais les territoires qui cumulent les difficultés économiques et sociales ont sans doute besoin d'une autre vision.

(1) La France associative en mouvement, Recherches et Solidarités, 16ème édition, septembre 2018, page 36.

Sources :

  1. https://www.alternatives-economiques.fr//baisse-financements-affecte-principes-secteur-associatif/00091135?utm_source=emailing
  2. https://www.associations.gouv.fr/IMG/pdf/la-france-associative-2018.pdf

Laisser un commentaire

Propulsé par NIDZ

Lakour.re est un réseau social professionnel conçu pour accompagner l’action locale : collaborer à distance, communiquer de manière enrichie et dynamique afin de mobiliser vos partenaires autour de vos projets, dans un espace numérique sécurisé et modéré.

Lakour.re est une plateforme d’applications numériques qui vous permettra de concilier l’efficacité individuelle avec la performance collective. Usagers, équipes opérationnelles et partenaires pourront s’impliquer de manière transparente au sein de leurs projets commun.

Lakour.re est un outil de promotion de l’implication des citoyens dans la gestion partagée des territoires locaux. Impliquer les familles et la population de manière engageante dans vos actions, organiser des sondages locaux, accompagner les porteurs de projets.

Comment pourrions-nous vous aider ?